Interview : Virginie Fantino

Avant le début du confinement nous avions rencontré Virginie dans son ancien atelier. Ses bijoux d’émotions avaient retenu notre attention. Nous voulions collaborer ensemble autour d’un shooting mais les circonstances actuelles ne nous le permettent plus. Nous voulions néanmoins vous partager son travail et sa vision si particulière des choses. Un réel coup de cœur pour ses trésors minutieux et poétiques. Voici son histoire :

Ichtus Journal :

Qui es-tu  ?

Virginie Fantino :

Je m’appelle Virginie Fantino et je suis bijoutière. Je suis née à Nice. J’ai fais mes études et travaillé à Paris et à Saint Denis. Je vis et travaille à Marseille depuis 5 ans.

Ichtus Journal :

Quel est ton parcours ? Que fais-tu  ? Depuis quand ?

Virginie Fantino :

J’ai un Bac arts appliqués principalement orienté vers les objets. J’ai fait des stages d’observation en bijouterie dès le lycée et ça me plaisait beaucoup. Un jour, l’une de mes professeurs m’a demandé dans quel monde j’avais envie de vivre. Cette question a résonné en moi. J’avais déjà envie d’un atelier où je pourrais créer mes pièces et me sentir bien.

À l’issue du lycée, j’ai fait un DMA (Diplôme des Métiers d’Art) en sculpture appliquée au métal. C’était très créatif et la découverte du matériau m’a plu. J’ai demandé à explorer plus en profondeur tous les aspects techniques. Ainsi, j’avais la sécurité de pouvoir travaillé dans un atelier si mes créations ne plaisaient pas. J’ai fait un CAP bijouterie joaillerie, en alternance, avec une entreprise sous-traitante pour des bijoux de défilé. Nous sous-traitions notamment pour des grandes maisons comme Dior, Balenciaga ou encore Chanel. J’ai été embauchée dans cette entreprise et doucement, j’ai demandé un 3/4 temps, puis un mi-temps et j’ai fini par démissionner pour lancer mon activité, début 2013.

Ichtus Journal :

Que fais-tu  ? Depuis quand ?

Virginie Fantino :

Depuis 2013 à mi temps et 2015 à temps plein,  je crée des bijoux d’inspiration végétale où le métal se lie aux écorces, aux coquilles et aux noyaux. Une rencontre avec un élément naturel, brut, primitif face à un métal travaillé. Mon site : https://virginiefantino.com/

Le métal est façonné, scié, limé en totale osmose avec la forme naturelle qu’il accompagne. Chaque bijou est alors unique, réalisé à la main dans mon atelier marseillais.

Je travaille principalement le métal en feuille que je transforme. 

J’emploie différents métaux comme le laiton doré à l’or fin 24 carats, l’argent ou l’or que j’associe à des éléments naturels qui ne sont pas considérés comme nobles.

J’utilise des techniques de bijouterie classique, comme la découpe au bocfil, la mise en forme, le martelage, la soudure, le polissage. 

J’aime m’approprier ces techniques artisanales et les utiliser au service de créations contemporaines.

Je voudrais toucher les gens dans leur intimité avec des matières qu’on a l’habitude de voir mais qu’on ne regarde plus en profondeur. On voit des coquilles de noix, des noisettes et des noyaux de cerise partout au quotidien. C’est banal. J’ai envie de prendre ces objets anodins pour leur rendre leurs lettres de noblesse, les sublimer. 

Certaines graines permettent aux gens de se remémorer des souvenirs d’enfance et des histoires personnelles. Elles sont protégées dans les structures que je crée. Je viens révéler avec poésie ces histoires intimes. 

Mes pièces mettent en valeur la nature, notre nature.

Elles sont un hommage au corps, à la vie.

Ichtus Journal :

Pourquoi le bijou ?

Virginie Fantino :

Au départ, c’était une analyse de ce que j’explorais. Enfant, j’avais deux microscopes, j’étais fascinée par tout ce qui était petit. J’aimais également regarder en profondeur les choses. Par exemple, j’étais intriguée par le corps humain. Toujours à la recherche des détails, des textures et du grain de la peau, d’une pierre ou d’une feuille.Cet attrait pour les détails s’est vite ressenti dans ma façon de dessiner et de mettre en forme des pièces. Je me suis interrogée sur mon futur métier et le bijou s’est imposé doucement et assez naturellement. Ce sont des petites pièces qui se posent sur la peau. Je n’avais pas envie de faire des pièces d’art, je voulais faire des pièces que les gens puissent s’approprier. 
C’est venu de fil en aiguille. J’avais déjà envie de travailler le métal. Cette matière me fascinait et me faisait un peu peur à la fois. Le métal peut paraître froid alors qu’il est très vivant et se travaille avec la chaleur. Dès qu’on le chauffe, il redevient mou. J’ai commencé par aller toquer à la porte de bijoutiers pour observer leur manière de travailler. J’ai tout de suite été passionnée, je pouvais rester des heures à les observer sans jamais m’ennuyer. C’était un signe ! Depuis ce jour, je ne m’en suis jamais lassée.

Ichtus Journal :

Comment vis tu cette période de confinement ? Quelle est ta vision de la vie que vous menez au quotidien ? A t elle changé depuis le confinement ? 

Virginie Fantino :

Je me sens très chanceuse. Ma famille et mes amis ne sont pas malades, c’est l’essentiel. De plus, avec mes colocataires d’atelier : Pierrick Desville et Pierre Marc Martelli, nous venions de finir les travaux de notre nouvel atelier situé au 143 rue Sainte 13007. Nous nous sommes crées un beau cocon avec chacun un espace de travail et un showroom pour présenter nos pièces. Ne pouvant pas télétravailler, je continue à aller à l’atelier, protégé au fond d’une cour entourée de plantes. Nous préparons tout pour pouvoir ouvrir nos portes au public quand ce sera possible.J’ai donc un quotidien très confortable. Le travail à l’établi m’apaise et me rend heureuse.Bien sûr le climat est anxiogène et le futur pour les commandes, les ventes éphémères etc est très flou et stressant. Mes fournisseurs et les boutiques avec lesquelles je travaille sont fermés, je ne peux pas ouvrir la boutique aux clients. J’ai connu des jours meilleurs évidemment mais je suis d’un naturel optimiste ! 

Ichtus Journal :

Quelles sont tes inspirations ? 

Virginie Fantino :

Mon inspiration vient de tout ce qui m’entoure, les relations humaines comme tout le reste. Quand je vois une petite plante qui pousse sur le bitume, je trouve ça très poétique. Néanmoins, mes inspirations principales restent le corps et la nature. Le lien que nous avons avec la nature m’intéresse beaucoup. Nous vivons bien souvent en ville et certains détails nous échappent. On se sent facilement agressé par ce qui nous entoure au quotidien et on ne regarde plus les petites choses précieuses du quotidien. J’aime les mettre en avant dans mon travail.

Ichtus Journal :

Penses-tu que tu peux apporter quelque chose de différent à Marseille ? 

Virginie Fantino :

Marseille accueille depuis longtemps de chouettes collectifs d’artistes et d’artisans. Je suis heureuse d’en faire partie et de contribuer, à mon échelle, à proposer des pièces de qualités empruntent d’un réel savoir faire artisanal. Mes colocataires d’ateliers et moi avons crée un lieu et une association « La Manufacture Singulière » à notre image. Nous apportons notre petite pierre à l’édifice pour proposer aux Marseillais une autre manière  de consommer !

Ichtus Journal :

As-tu également de nouveaux projets en tête ? Ou te vois-tu dans 5 ans ?

Virginie Fantino :

J’en ai toujours beaucoup mais en ce moment le Covid-19 remet tout en question. Alors je croise les doigts et je vais continuer à mettre toute mon énergie à l’atelier. Des projets d’expositions collectives, de nouveau partenariats avec de belles boutiques, des nouvelles pièces en germination …5 ans c’est loooooin !

Ichtus Journal :

Les 5 adresses marseillaises dont tu ne peux pas te passer ?

Virginie Fantino :

  • D’abord mon atelier évidemment, La Manufacture Singulière au 143 rue Sainte
  • Le marché du cours Julien le mercredi
  • L’anse de Malmousque
  • Les calanques (toutes <3)
  • La vieille charité pour ses super expo temporaires, sa magnifique collection permanente si bien mise en valeur et sa cour

Ichtus Journal :

Un conseil a donner à nos lecteurs qui auraient envie de voir réaliser leurs rêves ?

Virginie Fantino :

Y croire à fond, s’écouter, bien réfléchir et définir son projet et foncer avec toute son énergie et sa passion. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.