Connexion

Parfois il nous semble que notre connexion avec Dieu semble rompue. Il y a des périodes de déserts, certains plus longs que d’autres. Le mien a duré un an, il a commencé précisément le 24 Janvier 2016.

Du 24 Janvier au 24 Juillet 2016, j’ai quitté ma précieuse Cité Phocéenne pour gagner la Côte d’Azur dans la ville de Saint-Laurent-du-Var. J’y ai effectué un stage en que tant Community Manager dans une boite de Beachwear et Prêt-à-Porter homme. C’était ma toute première expérience professionnelle dans le domaine où je voulais évoluer.

Une dame me louait sa chambre au mois, j’étais satisfait. Ça n’a été que de courte durée. Elle avait la maladie d’Alzheimer (je n’avais conversé qu’avec sa fille jusqu’à présent). Je me suis installé du mieux que j’ai pu mais quelque chose me dérangeait fortement en plus du fait d’être auprès d’une personne qui de par sa maladie rentrait dans ma chambre sans taper , la propreté. J’ai décidé d’en parler. J’ai visiblement du mettre le doigt sur quelque chose de sensible étant donné que j’ai terminé à la porte avec mes valises après m’être fait hurler dessus. Bon.

Le pasteur de l’église de SLDV ( Eglise Nice Métropole) m’a accueilli chez lui pendant une semaine et m’a permis d’avoir mon petit studio grâce à un couple de retraités où j’ai pu rester pendant 10 jours. J’ai passé une autre semaine chez la responsable de jeune, Mélina. Pour enfin accoster chez Martine, une chrétienne de l’église de SLDV. Mon tout premier mois a donc été très agité mais c’est chez elle que j’ai trouvé de la tranquillité, par parcimonie cela étant dit car j’étais rempli de doutes et de craintes pendant mon stage à cause de mon manque d’expérience. Je me suis mis une pression folle accentuée par celle que me mettait ma tutrice de stage qui malgré sa patience s’est révélée plutôt dure envers moi. Boule au ventre tous les jours, pression quotidienne, stress à ne plus savoir comment prier ni même faire mon travail. J’avais des problèmes de mémoire qui sortaient d’un autre monde, un sommeil agité … c’était la panique. J’essayais d’être imperméable, je ne voulais pas qu’on puisse voir que je n’y arrivais pas. Et c’était bien là tout le problème. Ne pas parler, éviter la communication s’est révélé être un réel poison. J’étais devenu mon propre monstre.

Les seules choses qui me permettaient de ne pas abandonner étaient mes week-ends sur Marseille et également le fait que j’étais devenu le Community Manager de l’Eglise Nice Métropole.

Fin du mois de Mars, un week-end est organisé dans la gigantesque assemblée de Mulhouse : La Porte Ouverte. Trois jours où j’ai essayé de me rapprocher de Dieu le plus possible, en vain. Sur le retour je discutais avec une amie, Marie, et c’est dans ses paroles que j’ai compris que le problème venait tout d’abord de moi et puis de ma relation avec Dieu et surtout Dieu en tant que père, car il est dit dans la bible :

Éphésiens 4/6 : « un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous« .

J’ai réfléchi sur cette fameuse relation qui me semblait si inaccessible et c’est grâce à Aude, psychologue de L’Eglise Nice Métropole, que j’ai compris. Mon père est décédé quand j’avais 4 ans des suites d’une overdose. C’est depuis cette disparition que l’image du père s’est floutée. Mon unique point de repère était ma mère, cette mère si aimante, trop aimante. Je suis la preuve vivante aujourd’hui que le fait de trop aimer un enfant peut  « l’abîmer », car nous ne sommes pas capables à cet âge-là de pouvoir gérer cette émotion si forte, si puissante. Je ne lui en tiens évidement pas rigueur. Elle le sait déjà, si Dieu n’existait pas, ça serait sûrement elle mon sauveur. J’avais trouvé la cause d’un mal être qui s’était retranscrit à travers mon travail et bien sûr dans mon quotidien. Cependant je n’étais pas prêt à affronter ce problème. Pourquoi? Car je n’avais connu que ça durant toute ma vie, il était donc compliqué de m’en débarrasser si facilement.

 Avril, Mai, Juin et Juillet se sont succédé avec la même angoisse accompagnée nombreux mauvais choix personnels que je ne regrette pas mais qui ne m’ont au final rien apporté de bon.

Le 3 août je fêtais mes 25 ans, l’idée d’un blog, ou en tout cas quelque chose de créatif prenait vie dans ma tête. Septembre a été marqué par mon voyage en Thaïlande (article à venir) mais aussi et surtout par un découragement et une perte de confiance en moi comme jamais je n’en avais connu auparavant, toujours accompagnés de mes terribles choix. J’étais brisé. J’ai abandonné mes projets personnels et spirituels, seule l’idée de construire ma carrière était restée intacte. Je ne priais plus, je ne lisais plus, je n’allais plus à l’église. C’était la détresse. Je n’avais que ces phrases en tête :

 « Quand tout cela prendra-t-il fin? Ça fait trop longtemps que je me bats contre qui je suis. Je n’y arrive plus. Je ne sais plus faire semblant. Tu ne comprends pas que j’ai besoin de toi? »

J’ai fait mon entrée au Jardin Montgrand en tant que Community Manager fin septembre jusqu’au 30 décembre. Et là, Dieu a agit. Je n’ai jamais autant été valorisé dans quoi que ce soit durant toute ma vie. C’était fluide, je savais ce que je faisais, je ne stressais plus, j’étais excité par ce travail en permanence. Cet emploi et ces personnes qui ont été mon équipe m’ont fait sortir la tête de l’eau. Je respirais. Puis j’ai rencontré les bonnes personnes et l’idée de raconter mon expérience brûlait à l’intérieur de moi. J’ai pris la décision de devenir blogueur le 26 décembre 2016, jour de l’anniversaire de ma mère (elle est jamais très loin). Dieu a voulu me faire traverser tout ça afin que je comprenne que je ne contrôle rien, que la guérison prend du temps et que peu importe à quel point notre désert semble interminable, il nous donnera toujours la clef pour pouvoir en sortir.

Un Méditerranéen est né le 1er Janvier 2017 et je remercie toutes les personnes qui m’entourent, m’encouragent et me poussent à continuer. J’ai des choses à raconter et j’ose espérer que mon expérience pourra aider au moins une personne.

Nicolas.

11 commentaires

  1. Oui c’est vrai dès fois nous traversons des périodes qu’on ne comprend pas , tu as tout à fait raison c’est la communion
    Qu’on a Avec Jésus , Si on l’a pas nous sommes plus rien
    Je bénis Dieu pour tout ce que tu as traverser parce que aujourd’hui tu es un homme accompli tu as pris en confiance en charisme merci pour ce que tu es ❤️❤️❤️❤️
    Je t’aime

    J'aime

  2. Très bel article plein de sincérité ! tu es une très belle personne ne change rien et continu a te battre pour ce que tu aimes ! Dieu nous met à l’épreuve pour de bonnes raisons !
    Tu vas nous manquer !

    La mif du Jardin Montgrand

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour Nicolas, merci pour ton témoignage ! Dieu permet que nous traversions un désert pour nous remettre en question et le chercher d’avantage, nous rapprocher de lui! J’ai moi-même traversé quelques déserts (pourtant fille de pasteur on pourrait croire qu’ils/elles sont plus béni(e)s que les autres…..Mais non! Nous ne sommes pas épargné(e)s) Dieu a un plan pour notre vie et lui seul sait ce qui est bon pour nous! Ta mère peut être fière de toi! Tout l’amour qu’elle t’a donné rejaillit dans ton écriture…Ça se ressent! Continue à écrire surtout…Et à mettre ta confiance en lui! Car avec Dieu on sera toujours gagnant! Bonne journée ! 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s